jeudi 23 décembre 2010

JOYEUX NOEL !!!


JOYEUX NOËL À TOUS !!!
Que la Paix, la joie et l'amour de Dieu vous entoure !

MERRY CHRISTMAS EVERYONE !!!
May the Peace, the joy and love of God surround you !

mercredi 22 décembre 2010

HAPPY BIRTHDAY/JOYEUX ANNIVERSAIRE FRED














Spécial dédicace pour un ami très spécial FRED !!!

Joyeux anniversaire !!!

Que notre amitié dur encore de longues années : )


This article is specially dedicated to a dear friend FRED !!!

Happy birthday !!!

May our friendship get stronger through the years : )

I love you ...

lundi 20 décembre 2010

Ancêtre de l'aspirine : "La Reine des prés"


En cette saison hivernale et sous une épaisse couche de neige infini, on finit parfois par tomber malade. Et c'est mon cas aujourd'hui. Je me suis levé avec un mal de tête et des courbatures et je me suis également souvenu de mon cours à l'école des plantes sur la Reine des prés. Je me suis dis : Pourquoi ne pas essayer autre chose que du paracétamol ? Voila comment j'en suis venu a sortir ce sujet. Maintenant une bonne sieste s'impose.....


Nom latin : Filipendula ulmaria
(Plante entière fleurie ou sommité fleurie, fleur)
Elle est appelé Ulmaire

La Reine des prés et l'écorce de saule sont les aïeules de l'aspirine.

Propriétés et indications :

*Diurétique : en cas de goutte, d'oedème....
*Diaphorétique (ou sudorifique) : utile en cas de refroidissement, dans les états fébriles et grippaux.
*Anti-inflammatoire
*Antalgique : maux de tête, douleurs dentaires....
*Anti-rhumatismale : utilisée contre les rhumatismes musculaires et articulaires.
On l'emploie également dans le traitement de l'obésité : et notamment en cas de cellulite.

Utilisation : Ne JAMAIS porter à ébullition la reine de prés. La vapeur d'eau entraine l'acide salicylique.
Infusion : Plante entière fleurie ou sommité fleurie : 1c à soupe pour une tasse d'eau à peine frémissante (attention car au dessus de 90° il n'y a plus de salicylates) infuser 10minutes
*Fleur : 1c à café pour 1 tasse d'eau à peine frémissante, infuser 5 à 10minutes

Si prise d' anticoagulant ne pas prendre de Reine des prés/

Définition :
Le salicylate de méthyle (Formule semi-développée C6H4(HO)COOCH3) aussi appelé ester de méthyle d'acide salicylique est très utilisé comme parfums et comme arôme alimentaire sous le nom d’essence de Wintergreen. Son odeur est très forte et très appréciée. Il est aussi prisé pour ses propriétés analgésiques et antipyrétiques.
(source : wikipédia)

En vente : Magasins bio et herboristeries.




Quotes


"I know I'm right where I belong
Something from nothing never proved me wrong".

Céline Dion's lyrics
to you T.boy....

lundi 13 décembre 2010

Citation


L'amour ce n'est pas qu'un sentiment...
c'est une renaissance.

- Kévin Auliac -

mercredi 1 décembre 2010

Poem- fuller than before


It is a difficult
lesson to learn today,
to leave one's friends
and family and deliberately
practise the art of solitude
for an hour or a day
or a week.
For me, the break
is most difficult ...

And yet, once it is done,
I find there is a quality
to being alone that is
incredibly precious.

Life rushes back into the void,
richer,
more vivid,
fuller than before!

-Anne Morrow Lindbergh

Its all about taking chances....


Un film à voir, avec une belle morale !


"Trust your heart if the seas catch fire, live by love though the stars walk backward"-

EE Cummings -

Its all about Taking chances- Inspiration from the movie : Charlie Saint Cloud


samedi 27 novembre 2010

Thanksgiving 2010


















.....What a great time together....

A time to thank God for having a great brother ....









Thank you Lord to have food everyday....




We all got words from God ! (verse)...



Sweet potatoes with pecan, mashed potatoes, pecan pie,
apple pie, stuffing, turkey and so on..... mmm



vendredi 26 novembre 2010

Anastasia "At the beginning with you"



Dédicace à mon frère, petit moment de nostalgie....un retour en enfance ou Mick et moi chantions à tu tête dans notre chambre pour faire le plus beau duo jamais vu ! On avait bossé dur à l'époque ! hihi Je t'aime mon frère, mon jumeau
**


We were strangers
Starting out on a journey
Never dreaming
What we'd have to go through
Now here we are
And I'm suddenly standing
At the beginning with you

No one told me
I was going to find you
Unexpected
What you did to my heart
When I lost hope
You were there to remind me
This is the start

Life is a road
And I want to keep going
Love is a river
I wanna keep flowing
Live is a road
Now and forever
Wonderful journey

I'll be there
When the world stops turning
I'll be there
When the storm is through
In the end I wanna be standing
At the beginning with you

We were strangers
On a crazy adventure
Never dreaming
How our dreams would come true
Now here we stand
Unafraid of the future
At the beginning with you

Life is a road
And I want to keep going
Love is a river
I wanna keep flowing
Live is a road
Now and forever
Wonderful journey

I'll be there
When the world stops turning
I'll be there
When the storm is through
In the end I wanna be standing
At the beginning with you

I knew there was somebody somewhere
Like me alone in the dark
Now I know my dream will live on
I've been waiting so long
Nothing's gonna tear us apart

Life is a road
And I want to keep going
Love is a river
I wanna keep flowing
Live is a road
Now and forever
Wonderful journey

I'll be there
When the world stops turning
I'll be there
When the storm is through
In the end I wanna be standing
At the beginning with you

Life is a road and I wanna keep going
Love is a river I wanna keep going on....
Starting out on a journey
Life is a road and I wanna going
Love is river I wanna keep flowing
In the end I wanna be standing
At the beginning with you.


jeudi 25 novembre 2010

Je vis.....


J'avoue
: je vis sur la planète "Rêve", j'habite la ville "Rien n'est impossible", et le nom de ma rue est "The best is yet to come"... Je suis au numéro 1 évidemment !!!

Céline Dion et ses jumeaux : l'affront à Sarkozy


On le sait, Céline Dion est devenue la maman de jumeaux. Après avoir férocement gardé le sécret sur les prénoms des bambins, vie privée oblige, la chanteuse se livre dans une interview à la chaîne TVA où elle ne cache rien. Céline Dion est donc revenue sur sa grossesse, comme le raconte Closer. Et là, elle a vécu un drame. Pensez donc. Elle en attendait deux, " Puis à l'échographie suivante, les médecins semblaient inquiets. On s'est dit peut-être qu'il n'y en a qu'un finalement. En fait, il y en avait un troisième ». Figurez vous donc l'embarras de Céline, un coup elle en a deux, puis un, puis trois. Comment voulez-vous qu'elle s'y retrouve ? C'est que ce n'est pas simple. Enfin donc à l'arrivée, il y en a eu deux. Et c'est fort dommage. Parce que le petit qui manque c'était Einstein. Au moins. Tenez, d'après ce qu'en raconte sa mère, il avait une conscience intra-utérine hyper développée. "Ce petit bébé a décidé de laisser la place aux deux autres." Représentez-vous ce foetus, pas même achevé, qui déjà est capable de raisonnement et d'altruisme. Si c'est pas un génie, ça Madame. Toutefois, en lisant la suite de l'interview, on se demande si le petit génie n'a pas finalement passé la main en même temps que l'arme à gauche pour éviter le ridicule. Non, parce que quand même Céline Dion a des réflexions étonnantes. Comme celle-ci : "Au départ, je voulais juste être enceinte." Est-ce à dire qu'à 42 ans, bien qu'ayant déjà vécu une première grossesse, elle ne s'est toujours pas rendu compte que généralement, quand on est enceinte à la fin on accouche ? D'ailleurs, sait-elle seulement qu'elle a accouché ? "Je suis quand même habitée par trois petits bébés. » explique-t-elle, ce qui laisse planer un doute. Bon, faut quand même dire que l'entretien a eu lieux 15 jours avant la naissance, donc il y avait encore des incertitudes sur la suite des évènements. Toutefois pour se rappeler qu'elle attendait trois enfants, elle a un truc infaillible : "J'ai gardé le placenta." D'accord ce n'est pas très ragoûtant, mais il paraît que c'est efficace comme pense-bête, quoique un peu compliqué à transporter dans un sac à main. Sinon René, le mari de la chanteuse, a expliqué que si un de ses jumeaux se nomme Eddy c'est pour rendre hommage à un ami et Nelson pour Nelson Mandela. Tout ça parce que le couple a été très impressionné de sa rencontre avec le grand homme. Ce faisant, je vous dis que ces Canadiens s'y connaissent peut-être en musique mais pas du tout en grands hommes. Parce que sinon, un des rejetons se nommerait Nicolas. Et oui. Sont vexants, quand même. On leur donne la légion d'honneur et après ils n'en n'ont aucune reconnaissance !

(source : Le Post)

samedi 2 octobre 2010

La Cabane


Super soirée avec ma copine d'enfance Sophie !
On a commencé par un petit apéro "bière" verte Genepi et à la violette au bar à l'entrée en attendant qu'une table se libère.
Ambiance montagne avec bières de montagne ça va de soit !

Ce super restaurant se trouve à Palaiseau et propose des plats tels que des tartiflettes, raclettes, et la spécialité des glaces au reblochon ! bizarre et pourtant délicieux ! Sans parler des glaces maison !! un vrai régale. "La Cabane" est toujours plein à craquer, ce qui est plutôt bon signe (sans oublier les chanteurs connu ou pas qui y sont passés) bref ce fû comme d'habitude une soirée sympa ou nous avons bien ri (comme d'hab) et ou nous avons parlé de nos expériences à l'école des plantes et avec la nature (comme d'hab) !

jeudi 23 septembre 2010

A nos actes manqués

Cette chanson par ses paroles m'aide à prendre la vie avec légèreté ! Et oui on fait tous des loupés, des ratés,
des mauvaises journées et j'en passe.....mais c'est ce qui fait de nous des êtres humains et quand on arrive à en rire
c'est plutôt bon signe non ?! Alors dansons à la vie et pour tout ces ratés à venir ; )

A tout ce que je n'ai pas été !!!!! yeahhhh

Aux années perdues à tenter de ressembler

A tous les murs que je n'aurais pas su briser

A tout c'que j'ai pas vu tout près, juste à coté

Tout c'que j'aurais mieux fait d'ignorer .....ON S'EN FOU !!!! ahah

ps : L'équipe du "Roi Lion" chante, à 1.49 c'est Linda (un mec) une connaissance.



A tous mes loupés, mes ratés, mes vrais soleils

Tous les chemins qui me sont passés à coté

A tous mes bateaux manqués, mes mauvais sommeils

A tout ce que je n'ai pas été



Aux malentendus, aux mensonges, à nos silences

A tous ces moments que j'avais cru partager

Aux phrases qu'on dit trop vite et sans qu'on les pense

A celles que je n'ai pas osées

A nos actes manqués



Aux années perdues à tenter de ressembler

A tous les murs que je n'aurais pas su briser

A tout c'que j'ai pas vu tout près, juste à coté

Tout c'que j'aurais mieux fait d'ignorer



Au monde, à ses douleurs qui ne me touchent plus

Aux notes, aux solos que je n'ai pas inventés

Tous ces mots que d'autres ont fait rimer et qui me tuent

Comme autant d'enfants jamais portés

A nos actes manqués



Aux amours échouées de s'etre trop aimé

Visages et dentelles croisés justes frolés

Aux trahisons que j'ai pas vraiment regrettées

Aux vivants qu'il aurait fallu tuer



A tout ce qui nous arrive enfin, mais trop tard

A tous les masques qu'il aura fallu porter

A nos faiblesses, à nos oublis, nos désespoirs

Aux peurs impossibles à échanger

A nos actes manqués


lundi 20 septembre 2010

Music is love

Music is one of my language of love.
I was born in a musician family where music was played almost days and nights.
Worship christian music and other kind of style of music.

For every trip I've made all around the world I had/have my music, for every moment, every meeting I have the music that goes with it.....I have a song for a friends to tell them I love them, I have a song for a place that brings back memories, I have a song to danse, to sing load in my room and jump on my bed.

Music is not my God, but God created music and I use it to worship him and enjoy life trough this ! This song of Billie Holiday reminds me of the movie : "Forever young" with Mel Gibson I watched so many times when I was younger, it reminds me my teens years and most of it, speak to me about love, loving someone with true love, forever until you lose your mind for the one you love ahah ! I'm being romantic tonight, but nothing weird ay ! French are romantic all the time, we were made this way anyway..... ; )

So enjoy it for me....this song is dedicated to everyone who has feel this kind of love even if its once in a lifetime !
Love is a good feeling that comes from God : )

jeudi 16 septembre 2010

Jason Mraz in Paris live !

Jason Mraz à Paris en live ! super chanson !

Jason Mraz in Paris live ! great song ! enjoy

dimanche 12 septembre 2010

Tonga l’expérience de l’aventure et de la connaissance (suite3)


Les cousines de Susana et moi même .....
Ci dessous : Petelo chantant en Samoa pour moi....


Les Tongan aiment rire à l’amour. Ils n’ont aucune honte et vont taquiner tous les amoureux. Osant demander des questions assez privé aux couples en question (comme : combien de fois as tu demandé ta copine en mariage etc…) et ça les fait rire, ça oui. Ils ne posent pas ce genre de question avec sérieux, ils posent ces questions pour faire rire tout le monde et les couples en question. Cette une culture et une approche tout à fait différente de la nôtre. Laissez- moi vous raconter une histoire personnelle.

Je suis allée à cette soirée d’activité pour les enfants dans cette église Mormon. Chaque famille était représentée. Je représentais également la sœur de ma copine Susana, Lupe, qui est Mormon. J’ai fais honneur à Céline Dion en chantant en français ("Je lui dirai") sur une île en plein milieu de l’océan. Mais L’expérience que je n’oublierai jamais sera sûrement celle ou Petelo à chanté pour moi, oui vous avez bien entendu. Je plaisais à ce garçon, et oui il a chanté de tout son être ,de tout son cœur une chanson d’amour en me regardant dans les yeux. Et le plus surprenant fu la réaction de la foule. Ils étaient survolés, complètement agités, ils criaient et riaient de toute leurs forces. Et moi perplexe, ne sachant pas comment réagir je me mets à suivre la foule, et ri aux éclats.

Susana et son autre sœur me pousse sur le devant de la scène, elle insiste pour que j’aille lui faire un « hug » (câlin) voyant la gène du ce jeune homme (Petelo est le cousin de Susana). Là encore je ne comprend pas ce qui m’arrive mais je saisi bien que la culture Tongan est impliqué, alors hop je me lance et viens le réconforter dans sa déclaration, et bien sur les gens rient encore de plus belle. Expérience exotique comme je l’appelle.

J’ai l’impression de me retrouver avec les premiers colons arrivant à Tahiti ou autre îles mystérieuses où les habitants se lancent dans des rites inconnus et ou les colons se marient avec les gens des îles. On aurait dit une histoire à la Christophe Colomb et je dois dire que je ne ressent pas que ça dans les histoires d’amour mais que je me suis vu dans ces aventuriers dans chaque détails de mes journées passées à Tonga.....

À suivre......

lundi 6 septembre 2010

Tonga l’expérience de l’aventure et de la connaissance (suite2)



Pour aller à la plage c’est également l’expédition. Parlons voiture.

La voiture dont je parle est vieille, très vieille mais je devrai pas me plaindre car j’avais au moins une voiture. C’est souvent avec les veilles choses que nous sommes le plus attachée. Cette voiture me manque je dois le dire. Pas de rétro intérieur, pas de ceintures ni à l’avant ni à l’arrière. La police ne dit absolument rien. Comme on dit la bas tout le temps : « Tonga is a free country » (Tonga est un pays libre) et oh combien vrai. La porte gauche avant (celle du passager car on conduit à gauche à Tonga) est complètement cassé. A chaque fois qu’il faut la fermer, c’est une aventure en soit. On l’a soulève et la « colle » si je puis dire ainsi. Selon les jours ou j’avais de la force ou pas j’y arrivais…….ou pas ! Les paranos seraient terrifiés et je dois dire que même si vous n’êtes pas parano vous êtes terrifié au début de monter dans cette voiture. Le chauffeur aussi peu fiable que la voiture dois je dire avec humour. Petelo prend des risques et freine à la dernière minute. Si il a freiné trop tard et bien il passera tout simplement sur le coté gauche ou droit de la route pour ralentir, au choix.

A Tonga faut avoir de la voix. « Io par ci, Io par là ». Tu croises un amis, une connaissance (Tonga est petit, croyez moi vous connaîtrez vite tout le monde) tu cris : « Io », pour chaque voiture qui passe un Tongan connaîtra sûrement quelqu’un, ça devient assez comique en soit et je dois dire que je m’y suis habitué. Je me suis retrouvé à crier : « Io » bien des fois.

Tonga c’est aussi le pays du rire. Les gens rient tout le temps, sans arrêt pour des petites choses. Je me souviens de cette soirée à Kava Idol (même chose que "Nouvelle Star"). La télé avait été invité. Mais là je vous parle de télé Tongan pas française. Les équipes se succèdent pour chanter et jouer du Ukulélé et chants traditionnels Tongan. Pendant les chants, les supporters crient, se lèvent et dansent, tout en passant devant la caméra sans problème. Les danses sont gracieuse et majestueuses ou parfois complètement déjantées. Ensuite pour faire monter les votes, un ou deux chanteurs se lèvent de l’estrade et commence à danser, et souvent imite la danse des femmes qui diffère de celui de l’homme et ça fait rire toute la salle. Si vous voulez faire augmenter les votes à Tonga c’est certainement la meilleure chose à faire. La publique se mettra rire et à crier, ambiance assuré......


A suivre......


samedi 28 août 2010

Tonga l’expérience de l’aventure et de la connaissance



J’ai été affamé à plusieurs reprises parce qu’à Tonga quand les jeunes sortent pour la journée ou le soir si la nourriture n’a pas été cuisiné elle risque pas de se cuisiner toute seule. Je me suis donc couché souvent le ventre vide. Affamé : oui ! Triste, en colère : non ! À la fin de mon voyage j’attendais de l’argent qui n’est pas venu en temps voulu, j’ai donc vécu la dernière semaine comme les Tongans. A leur rythme, de la façon la plus naturel. Exemple d’une journée à Tonga :

« Le matin le son du coq me réveil vers 5h ou 7h, bien sur il ne s’arrête pas de si tôt, les « boules Quies » s’imposent ! Je ne compte plus au combien de fois j’ai voulu le tuer ce coq à l’aurore, ou bien son voisin Coq n°2 avec qui il communiquait de si bonne heure. Mais avec le temps je dois dire que je m’y suis habituer. Plus de boule Quies, c’était donc bon signe, je m’acclimatais enfin comme n’importe quel Tongans. La lueur des premiers rayons de soleil furent aussi mon réveil matin. Les nuits restent légèrement fraîches et le matin la chaleur perçant ma chambre vient me rappeler que je suis sur une île, sur un royaume, le royaume de Tonga et ses multiples îles.

Je dis bonjour à toute la maisonnée qui se compose de Susana et de son papa Lévi le plus souvent. Je suis souvent affamé aux premières heures de mes journées. Je commence donc ma journée par un petit-déjeuner. Thé avec un nuage de lait en poudre, crackers aux beurres ou pain Tongan aux beurres. Je prends mon petit-déjeuner dehors sur la table, vu sur les poules et poussins en tout genre, cui cui et woa woa jouant ensemble. A tout les sensibles, s’abstenir de venir manger à Tonga ou bien d’y venir tout court, vous pourriez avoir des hauts le cœur à manger dans des conditions vraiment moins hygiénique que nos pays occidentaux. Pour me laver les mains avant manger, le robinet ne vous distribuera pas d’eau, vous pouvez toujours attendre. La seule chose à faire c’est d’aller à la réserve d’eau de pluie dans le jardin (eau accumulée à la saison des pluies donc très précieuse et à ne pas gaspiller). Vous ouvrez le petit robinet et n’oubliez pas de placer une bassine en dessous pour ne pas perdre une goutte. Oubliez le savon c’est juste pour la douche. Après le repas, mission lavage de dents. Je récupère ma brosse à l’étage, puis prend de l’eau dans une tasse (toujours dans la réserve d’eau de pluie). Je me brosse les dents dans le jardin et me rince la bouche en crachant toujours dans le jardin (coté de la maison réservé spécialement pour les lavages de toutes sortes).

Mission 2 : Prendre une douche ! Je prends cette fois l’eau d’un plus petit container, c’est de l’eau moins propre mais assez tout de même pour prendre une douche. Le frère de Susana rapporte ces containers chaque jours des champs. Je prend ma bassine et une casserole et je prend l’eau à partir du container avec ma casserole et rempli ma bassine. J’y verse bien sur la quantité nécessaire. Je me dirige vers la douche. Et là commence un des moments les plus réjouissant de la journée (oui à Tonga on a des joies simple) : verser sur ma tête avec l’aide d’un récipient l’eau. Il y a rien de mieux que de sentir l’eau glisser sur son corps. Avec une douche à l’occidental les sensations n’existe pas et je conseille vivement d’essayer de vous doucher à la manière de Tonga chez vous au moins une fois dans votre vie. L’eau est bien sur froide, il est donc préférable de prendre sa douche quand il fait encore jour. Je peux toujours avoir de l’eau chaude mais il faut faire chauffer l’eau et attendre encore vingt bonne minutes. La journée peut donc commencer.

Etape suivant : ne rien faire, juste attendre, scruter l’horizon. Les hommes sont aux champs à nourrir les porcs (avec des noix de cocos) , les chevaux, et ramasser les patates douces etc….Susana passe un coup de balais. Son papa scrute l’horizon et ça peut durer des heures sans aucun ressenti d’ennuis. Impatient s’abstenir de venir à Tonga. On m’a jamais demandé si je m’ennuyais, comme si l’ennui n’existait pas, chose étrange du monde occidental. On a fait de nous en occident des impatient, on nous donne à manger, on est des assistés, on ne sait plus rien faire et ça ne colle pas avec notre nature d’origine. Nos enfants (et nous-même le ressentons) j’ai jamais vu d’enfants aussi bien élevé qu’à Tonga. Même si la plupart de travail pas, il y a peu de délinquance mais si cela existe. Les enfants écoutent les aînés avec respects et honneur mais sans crainte, avec amour ! Un Tongan adore rire, tout excuse est bonne pour rire et faire des blagues et bien souvent pour faire rire ils utiliseront des choses qui nous feraient bien moins rire en France, comme pour les garçons se déguiser en fille, c’est pratique courante lors de soirée, ça invite les gens à rire et à briser la glace. Laver ces vêtements fait partie du cérémoniale d’une journée banale à Tonga. Les hommes qui ne travaillent pas font leur lessive à la main bien sûr, les femmes aussi et moi aussi ! L’homme cuisine, lave, aide la femme d’une façon assez émouvante de doit dire. Les femmes dans les îles sont vu comme des créatures sensible et délicates qui apportent la délicatesse dans un monde de brute. Il n’est pas rare d’entendre dans une soirée les hommes appelés les femmes, leur laissant la place pour danser et apporter la douceur dont seules les femmes ont le don.

Tonga est une île pauvre en argent mais riche de cœur. Je payais pour l’essence pour pouvoir aller en ville et à la plage. Le simple fait de pouvoir me connecter à internet me remplissait d’une joie indescriptible. J’ai mis plusieurs jours à me connecter à Facebook. J’ai même du changer de cyber café pour avoir une meilleur connexion qui me coûta bien sur plus cher. Et la meilleure connexion à Tonga serait la pire en France.

Journée plage signifie souvent emmener une bonne partie de la famille, cousins en priorité. On peut rester des heures à regarder l’horizon, à papoter, rigoler. Les Tongan sont de très mauvais nageur et n’aiment pas l’eau. Imaginez vous donc moi qui adore l’eau essayant de les faire nager. Seulement deux de mes amis se sont jeter à l’eau : Petelo (dit Pétélo) et Faguna (dit Fagnuna). Ils vont diront qu’ils ont peur de l’eau, mais une fois dedans ils sont heureux comme j’avais jamais vu. Le sourire jusqu’aux oreilles, et ils sautent encore et encore. J’ai contemplé leurs joies, je ne m’en serai jamais lasser. Ce fu encore un des meilleurs moments que j’ai vécu lors de ce voyage.......


....à suivre.....


mercredi 18 août 2010

Voyage aux Tonga


Me voila au beau milieu de l'océan sur une île appelé Tongatapu ! Ou plutôt un Royaume, aussi petit soit il, oui un royaume appelé Tonga ! C'est une expérience incroyable que de se retrouver sur une île quand même assez sauvage, et pauvre....... pas d'eau courante pour la plupart de gens. Douche froide avec bassine (super expérience à faire chez soit même si vous avez une douche ahah). On boit l'eau de la pluie (déconseillé pour les touristes si vous voulez pas chopper la "Tourista") on mange les Kumara (patate douce) du jardin et ainsi que toute sorte de variété de pomme de terre ! Sans vous parler des cochons, poulets et compagnie qu'on tue et mange à partir du jardin aussi .....j'oubliais les vaches, les chevaux, et les chiens......oui ici on mange du chien... tout est bon quand on a faim ! Quelle leçon à apprendre pour nous occidentaux ! nos frigos sont plein, nous gaspillons l'eau, la nourriture et tellement d'argent inutilement ...
Ici on mange les restes (qu'on emporte dans la voiture par exemple avant de sortir) , on se brosse les dents dans le jardin avec l'eau qu'on a minutieusement recueilli dans une tasse, sans en perdre une goutte ! Ici les maniaques seraient fou !!! pas ou peu de savon, on mange avec les doigts, on a pas de désinfectant, les placards ne sont pas remplis de trucs inutile ou utile d'ailleurs ahah !
Les voitures sont pour la plupart vieille qu'on en voit plus en France comme celle là. Tellement usées que la porte se détache et les ceintures on oublie ici, les freins aussi ahah ! oui je dois dire que Dieu veille sur moi car combien de fois la voiture dans laquelle je voyage n'a pas pu freiner et alors on se retrouve sur le bort de la route pour ne pas rentrer dans la voiture de devant ou bien on double pour éviter de d'emboutir la voiture devant et tout ça sans ceintures même pour les passagers devant ! bref cela peu paraître négatif mais je pense quand réalité c'est plutot possitif. Ils ont sans aucun doute une vie que nous n'avons pas ou n'avons plus...... si riche et pleine de sens....les gens ici sont heureux alors qu'ils n'ont rien et je dirai qu'ils n'ont pas presque rien à manger,( j'ai vu certain ne rien manger pendant une journée au moins). Ici on ne se plaint pas, on ne râle pas, on stress pas.
On suit les saisons, si on a c'est bien , si on a pas c'est bien aussi et le temps n'existe pas..... pas besoin de montre (il y en a quand même qui travail et je ne parle pas de cela qui ne sont qu'une minorité) , on vit en famille, on s'aide les uns les autres, on partage avec celui qui n'a pas. Ce qui est à toi est à moi, ce qui est à moi est à toi ! Ce n'est pas le paradis, des défauts il y en a comme partout, mais ils ont un style de vie bien plus saint que le notre qui nous incite a vouloir plus toujours plus et à penser qu'à nous toujours à nous et rien que nous, le moi moi moi !ahah

Je vous parle maintenant des plages....oui les plages sont belles. J'ai visité les "blow holes" (les troues qui souffle) les vagues viennent se jeter sur la falaise et ressortent en jets de toutes puissance et viennent nous rafraichir pour l'espace de quelques secondes...... et si vous regardez au loin vous verrez sans aucun doute des baleines tournoyer et fêter les vie !

Les Tongalais sont peu nageur contrairement aux tahitiens qui ne jurent que par le mer. Ici on a peur de l'eau, on pêche peu ou pas. J'ai donc essayé de les réconcilier avec la mer et ça marche : ) quelle plaisir de les voir sourire une fois la tête sous l'eau, oui ils étaient heureux comme des poissons dans l'eau ! Une fois le pied posé dans l'eau, des poissons de toutes les couleurs viennent vous chatouiller les jambes.....

Joie simple. J 'ai trouvé la joie simplement en me connectant à internet ! ca vous fait rire ?! et bien moi pas ahah ! J'ai trouvé le sourire simplement en faisant un tour dans une voiture et papotant avec les gens d'ici. J'ai trouvé la joie en rencontrant des blancs et partageant un : "Malo e lele" (Bonjour), j'ai trouvé la joie en mangeant un morceau de pain, en buvant du thé et du lait ! (en poudre) .....c'est en gros une super expérience pour nous remettre les pendules à l'heure et chaque fois qu'en France je manquerai de quelque chose je repenserai alors à Tonga et un sourire viendra calmer mon impatience très certainement...........

Oku au hela ia (Je suis fatigué) ** et Fiè ikaia (j'ai faim) je vous laisse donc sur ces mots.....

Laetitia de l'autre bout du monde : )

ps : pas le temps ni l'envie de corriger les fautes, veuillez m'excuser)



samedi 31 juillet 2010

Kahnawake (réserve amérindienne mohawke)


  • Superficie - 4 151,57 hectares.
  • Gentilé - Kahnawakeronon (amérindien), Caughnawagan (anglais).
  • Langue d'usage - L'anglais. Langue traditionnelle - Kanien'kèha.


  • Éphémérides -


1667
Fondation par le jésuite Pierre Raffeix de la mission Saint-François-Xavier dans la seigneurie de La-Prairie-de-la-Madeleine.
1668
Ouverture des registres de la paroisse Saint-François-Xavier.
1673
Arrivée d'une quarantaine de Mohawks amenés par les jésuites du village de Kaghnuwage, sur la rivière Mohawk, dans l'actuel État de New York (USA).
1676
Un village iroquois est aménagé à l'embouchure de la rivière du Portage (Saint-Régis) à l'emplacement de l'actuel hôtel de ville de Sainte-Catherine ; le village adopte le nom de Kahnawake (Coghnawaga).
1680
(29 mai) Concession d'une seigneurie (2 lieues de front, à commencer à une pointe qui est vis-à-vis les rapides Saint-Louis et en montant le long du lac, sur 2 lieues de profondeur) adjacente à la Seigneurie de La Prairie-de-la-Madeleine par le roi de France aux jésuites pour y «retirer les Iroquois» ; il est stipulé que la terre nommée le Sault appartiendra aux jésuites lorsque les Iroquois l'abandonneront.
(31 octobre) Augmentation de la seigneurie du Sault (1 1/2 lieue de front, à prendre en haut du territoire originel, sur 2 lieues de profondeur) par le gouverneur Frontenac en faveur des jésuites qui la nomment Sault-Saint-Louis ; le territoire de la seigneurie est traversé par la rivière La Tortue, la rivière Saint-Régis et la rivière du Portage.
1685
La population amérindienne de la seigneurie est de 682 habitants.
1690
Le village de Kahnawake adopte le nom de Kahnawakon après avoir été déménagé plus haut en face de l'île au Diable.
1695
La population amérindienne de la seigneurie est de 485 habitants.
1696
Le village de Kahnawakon adopte le nom de Kanatakwenke (d'où on est parti) après que le village eut été déplacé par les jésuites à l'embouchure de la rivière Suzanne pour protéger leurs néophites iroquois contre l'influence jugée néfaste des colons français.
1716
Le village de Kanatakwenke prend le nom de Caughnawaga.
1717
(15 juin) Reconcession de la seigneurie du Sault-Saint-Louis aux jésuites «pour y placer la mission des sauvages iroquois».
1720
Construction du presbytère et de l'église de la mission Saint-François-Xavier de Kahnawake.
1782
Le nombre de jésuites restant au Canada les obligent à abandonner la mission Saint-François-Xavier de Kahnawake ; cette mission est alors desservie par les prêtres séculiers du diocèse de Montréal, puis par les Oblats de Marie-Immaculée.
1783
Départ des jésuites et desserte par les Oblats.
1829
(19 novembre) Les Iroquois (Mohawks) se rendent en Europe pour y soutenir leurs droits à la propriété de la seigneurie du Sault-Saint-Louis.
1845
Construction de l'église de la mission Saint-François-Xavier qui remplace celle de
1720.
1854
(18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1860
(1 décembre) La seigneurie appartient à la tribu des«sauvages iroquois».
1903
Retour des jésuites à la mission Saint-François-Xavier.
1905
Construction de l'Hôpital Kateri Memorial.
1923
La population de la paroisse Saint-François est de 2 600 âmes.
1973
(15 octobre) Manifestation d'une centaine de Mohawks qui protestent contre l'occupation d'une maison de la réserve par une famille non indienne.
1980
Le village de Caughnawaga adopte le nom de Kahnawake.
1984
Signature d'une entente avec le gouvernement du Québec qui accorde pleine responsabilité aux Mohawks quant à la construction et au fonctionnement de son hôpital (Centre Kateri).
1987
(23 juin) Fondation de la Caisse populaire de Kahnawake.
1988
Un avis d'expulsion est envoyé à des résidents de la réserve qui ne sont pas mohawks.
1991
(8 janvier) Six policiers de la GRC et de la SQ sont blessés au cours d'une altercation avec des Mohawks armés sur le territoire de la réserve ; 8 Mohawks sont arrêtés.
1995
La population de la réserve est de 6 661 habitants.
1996
Le Conseil de bande réitère devant le comité parlementaire des Transports du Canada sa réclamation du territoire de la seigneurie du Sault-Saint-Louis englobant Delson, Candiac et une partie de Châteauguay.
2003
Incapable de fournir un nouveau curé, les jésuites abandonnent la mission Saint-François-Xavier.
2007
(29 juin) Des Mohawks bloquent la route 30 à la hauteur de Saint-Isidore, puis l'accès au pont Mercier pour manifester leur participation à la première Journée nationale d'action des Premières nations organisée à travers le Canada.
2008
(31 mai) Les Mohawks acceptent que les travaux de prolongement de l'Autoroute 30 commencent le 2 juin suivant en échange d'une promesse du Gouvernement du Québec de céder à la réserve les surplus qui avaient été expropriés en
1990 après la Crise d'Oka pour contourner la réserve ; le gouvernement du Québec parle d'agrandissement du territoire de Kahnawake ; les agriculteurs qui louent ces terres protestent contre l'intention du Gouvernement.
2009
(1 juillet) Le Conseil de bande annonce qu'il ne se pliera pas à une décision de la Cour fédérale lui enjoignant de permettre à Keith Myiow de présenter sa candidature à la chefferie du Conseil de bande ; le conseil veut ainsi manifester qu'il nie tout pouvoir des tribunaux civils canadiens sur la gestion des affaires de la réserve.
(16 juillet) L'avocat de Myiow dépose une requête en révision judiciaire pour faire déclarer nul le résultat du scrutin tenu le 4 juillet précédent.
2010
(2 février) Le chef Michael Delisle ordonne l'expulsion du territoire de la réserve des personnes qui ne sont pas amérindiennes et qui y demeurent avec leur conjoint ou conjointe ; cette action est motivée par l'exiguïté du territoire de la réserve et le fait que les véritables Mohawks (sang pur) pourraient devenir une minorité chez eux compte tenu de la dilution du sang pur occasionnée par les mariages entre races indienne, blanche et autre ; une Mohawke résume ainsi la pensée de plusieurs : «If you marry out, you're out» ; la mesure, souhaitée par le conseil de bande vise 26 des conjoints blancs de Mohawks ; N.B. En vertu de la Loi sur les Indiens, pour être considéré comme mohawk, une personne doit compter 4 arrière-grands-parents mohawks et au moins 50 % de sang mohawk.
(9 février) Ellen Gabriel, présidente de la Quebec Native Women Association, proteste contre la décision du Conseil de bande et demande que la population entière de la réserve soit consultée avant de mettre la menace d'expulsion à exécution ; elle prétend qu'il s'agit d'une infraction à la Loi des Indiens du Canada et aux règles de la bande en vigueur depuis
1981.
(15 février) Alvin Delisle qui, en
1988, avait lui-même livré des avis d'éviction alors qu'il était membre du conseil de bande, déclare que la décision d'expulsion est raciste et qu'il regrette celle à laquelle il avait participé 1988 ; sa conjointe n'ast pas mohawke et a reçu son avis d'expulsion alors que lui-même est au Royal Victoria Hospital en attente d'une chirurgie cardiaque.(16 février) Le conseil de bande maintient sa décision d'expulser ceux qui ne sont pas considérés comme mohawks.

  • Centres d'intérêt -


Couvent des jésuites (
1717) ; loge le musée de la mission Saint-François-Xavier.
Corps de garde, poudrière et logement des officiers (
1754).
Église Saint-François-Xavier (
1845) ; plans du père jésuite Félix Martin et de l'abbé Joseph Marcoux ; sculptures (1845-1853) par Vincent Chartrand ; éléments de la voûte par GuidoNincheri ; certaines oeuvres datées du XVIIe siècle ; orgue Casavant (1916) ; tombeau de Kateri Tekakwitha (marbre, 1972).
Enceinte protectrice (
1720) ; plans de Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry.
Presbytère (vers
1716).
Sanctuaire Kateri-Tekakwitha ; rappelle le souvenir de cette Iroquoise béatifiée en
1980 et qui pourrait devenir la première sainte d'origine amérindienne. Centre culturel amérindien.

  • Services -


Hôpital Kateri Memorial.

  • Sports -


Golf ; un parcours de 9 trous (Mohawk Hills), un parcours de 18 trous (Lafleur), un parcours de 27 trous (Caughnawaga).

  • Toponymie -


Kahnawake est un mot iroquois issu de la contraction de ohnawa signifiant «rapide» et ké signifiant lieu, le tout signifiant «au pied des rapides», une allusion au sault (rapides) Saint-Louis. Kahnawake est prononce Ganawagué par les Mohawks.
Kahnawakon est un mot amérindien signifiant «dans les rapides».
Appelée Caughnawaga jusqu'en
1980 ; Caughnawaga est une corruption de kahnawake. La seigneurie du Sault-Saint-Louis emprunte son nom au sault Saint-Louis entre l'île de Montréal et la rive-sud du Saint-Laurent.

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.


mardi 13 juillet 2010

A part of my book/in english


My name is Waïskwaï and this is the story of my defeats and my victories, which I hope, will not leave you indifferent, may it be for a hint of happiness, joy, passion, love, peace and compassion and even much more!

Chapter 1 - Landing on earth

Lying down, my head pressed under my body, the heat was dense. The sunrays seemed to pierce my heart as I woke up suddenly, my hand still laying on my leather bag. "Ouch!" I surprised myself saying out loud when my head hit the ground. How much time had I been sleeping? Time? What was that mystifying thing which the "Washichun", the white men, couldn't stop checking inside their jacket pocket? Now where could that female wolf I had been hunting for hours have been gone? How could I have fallen asleep? "I let her go," I murmured to myself, patting my forehead. Still drowsy from the rude awakening, I scanned the distant plains for her. "I'll find you back, beautiful Spring child."

I am a member of a tribe called Labritha, which is itself part of a big nation: the Lakota. We live a happy life on the plains out there and even now, the galloping horses still amaze me. The symbolic animal of our nation, the bison, has shown me the strength of mankind. I am the middle child of a family of two sons and three daughters; I am the friendly type, quite used to daily teasings and games. My father is a chief warrior whom everyone respects and my mother is affectionate and always helpful. As for me, Waïskwaï, my name itself is strength. Waïskwaï is that strong and unbreakable wood used in building our canoes and I was named after it by a friend. Here, names can be given just like we offer a gift: any important event that comes to our life can give birth to a new name for one same person, that name often being inspired from an animal or from the beauties of nature surrounding us. Waïskwaï is not my name of birth, it was given to me long after. In our nation, a number of stories and legends have been rocking our tender childhood. Let me tell you about my story.

I was born in the days of young bisons, or as white men would call it, in the month of April. The women were bustling and rushing about: a birth cannot be ignored; despite being a beautiful and unique experience, it can be hard, painful and sometimes fierce. Inside our teepee, my mother, laid down on bison-skin, was sweating and moaning with pain. She started to cry as she became more and more exhausted and her friends began whispering sweet words in her ears, all meant to encourage her. "The sun was high up in the sky when the pain started," the greatest story-teller of all time Little White Bison, an eminent person in our tribe, told me. We listened, our mouths open and our tongues in suspense, and paid attention to every word he said. On that evening after sunset, young and old were sat down around a wood-fire, all listening to the story of my birth. What an amazing memory story-tellers have! They were asked to fill that role, so that over time, people could know where they came from and where they were going. The old man went on, "The women were soothing your mother with songs, each one in our sweet and charming language. The atmosphere then calmed down and your mother's muscles relaxed. Time seemed to slow down and the baby seemed ready to come out." There's a time for everything, I told myself, as I thought about it all. In our tribe, it is often said that a good atmosphere makes delivery easier. "There she was! She slipped from the heavens down to earth. She came here to make the quiet life, too quiet, of our plain take off."

My name was formerly Aleshanee, which means "one who plays all the time." This name fit me because I was indeed such a girl, spending the whole day gamboling, climbing and swimming. On that particular night, Little White Bison succeeded in fascinating us. His stories never left anyone indifferent. On that night, the story of my birth was told in the plains of Lakota.